Bienvenue

Plus jeune, avec un pote, on marchait souvent dans notre ville. Sans but. L’errance était faite de discussions, d’explorations.
Certains se baladent. Nous, nous faisions corps avec notre environnement bitumé. La ville, nous la connaissions comme notre poche. Tout nous était familier. Partout, on était chez nous…

Un jour, ce pote me dit avoir découvert une rue à l’américaine. On s’y rend direct.

Les maisons sont assez grandes, gardées par des parcelles de gazon bien vert. Les brins d’herbes sont tous de la même taille. Nous observons cela de loin, mains sur des barreaux. Car au seuil de cet Éden, ce qui lui vaut l’accent ricain, il y a un gros portail enserré dans des petits piliers. Ce fer est forgé pour nous dire « Vous n’entrez pas, vous êtes chez nous, dans notre rue ! ».

C’est propre. Ce truc est hallucinant. Aujourd’hui, je connais le nom de ce truc: gated community. Gated, ici, signifie fermé.

Vingt ans plus tard, je marche dans une autre ville, pour un vagabondage plus professionnel, appareil photo en main. Ainsi, je m’approprie une des mes nouvelles villes, mon nouvel espace. J’arpente, observe, longe, traverse, sens, bifurque,

paf !!

Je me cogne contre une barrière. Cette barrière ferme la rue, filtre les personnes autorisées.
Je ne comprends pas : fermer une rue ? Cela me surprend assez pour me mettre à shooter. L’Éden de mon adolescence me revient très vite en mémoire.

J’aurais innocemment continuer mon chemin si n’avait surgit dans ma tête :

La liberté des uns s’arrête
là ou commence celle des autres.

Je n’ai jamais compris cette phrase. Je n’en ai jamais cerné la pertinence, mon intuition n’a pas de souffle. Je ne sais pas quoi répondre, sinon, blasé : Ouais, si tu veux… Un aspect un tant soit peu autoritaire m’en éloigne. Et une relative complexité de premier abord, ne m’aide pas à m’en figurer le sens. Qu’elle surgisse ici, comme une onde de ce coup de barrière dans le bide, m’incite à faire le rapprochement. Cette rue est privée. Il y en a un tas dans la ville. Mais un certain nombre est privé et fermé. La rue est mon environnement direct de citadin, j’ai du mal à comprendre. Au delà de ce filtre résidentiel, une barrière est un symbole. Un symbole de l’interdiction, du contrôle… de la fermeture. Face à elle, on sait quoi faire.

L’instrument est bien choisi.

Je pourrais alors passer mon chemin. Si je décide d’y prêter attention, c’est parce que sans me concerner, cela m’atteint.

Je shoote, pars en quête de nouvelles rues fermées. Et malgré moi cette réflexion s’articule comme un des rouages de ma marche.

Pourquoi me prendre la tête ? La barrière a stoppé ma liberté de circulation, là où commençait la liberté des propriétaires de voies privées à l’installer. C’est la liberté.

Ok !
Mais non.

Cette phrase n’est jamais proposé comme une définition, une vision, parmi d’autres. Je l’ai toujours entendue avec l’aplomb de l’assertion.
Me prendre une barrière dans le bide a quelque chose de cet aplomb.  Je fais son rapprochement à la phrase car j’y trouve sa représentation. L’image d’une interprétation comprise et à laquelle j’adhère.
Chacun a sa définition de la liberté. Chacun voit midi à sa porte. Et ma liberté n’est plus la liberté des autres. Couac.
Ma quête, en de longues heures de marche, me permet de formuler un sens à l’assertion. Ce faisant, il m’apparait s’être nicher une méprise, pas si anodine.

Ouais ! Ce n’est pas de liberté dont il s’agit.

Cette assertion prétend se soucier du collectif, alors qu’elle édifie des cloisons pour permettre de « légiférer » l’égoïsme en forteresse et le naturaliser.

Son but, avant tout, est de définir une cloison. Et rien ne laisse imaginer sa porosité. Je ne définirais pas la liberté par la cloison, mais peu importe, ce n’est pas de liberté dont il s’agit ici.

L’assertion sous-entendrait la bienveillance envers autrui ? Non plus. Elle évite tout contact.

Ce n’est donc pas la liberté qu’elle définit, seulement notre rapport à l’autre. Et ce n’est pas de liberté dont il s’agit, car prêter attention à l’autre n’est pas affaire d’oppression.

L’assertion nous apprend, non sans paternalisme, que la liberté a son lot de contraintes. Peut-être, mais prêter attention à l’autre n’est pas une contrainte.
Pour avoir une contrainte, il faut un état identique, sans la contrainte. Elle nomme une condition qui existe avec et sans.

Or, une société d’une seule personne n’existe pas. L’autre ne peut pas être une contrainte.

« L’autre et moi » sommes les constituants, le minimum de la définition.

Le coeur de l’assertion c’est « on ne fait pas ce qu’on veut ». Encore une fois, ceci n’est pas de l’oppression.
« Faire ce qu’on veut » n’est pas une histoire de liberté. « Faire ce qu’on veut » serait nier l’autre. « Faire ce qu’on veut » c’est refuser la société, le et les groupes. Ce n’est donc pas une question de liberté, mais, pour son rapport à l’autre, un point essentiel de nos vies sociales. La différence est grande.

L’auteur de cette assertion, mais d’abord ces adeptes, révèle surtout une chose : leur vision de l’autre au sein de la société comme un étranger, une étrangère à qui on ne veut pas avoir affaire.

La barrière revient ici et ponctue le débat par la suspicion. Elle évince l’inconnu, évite la pensée face à l’inconnu. L’assertion définit des êtres autosuffisants. Elle se méprend de vouloir définir le champs de nos gestes épanouis comme un milieu sous-vide.

Comment la cloison peut-elle définir la relation d’êtres sociaux ?

C’est plus que laisser un silence au bonjour de ma voisine. C’est bien au delà de lui refuser un sourire aimable. C’est refuser même le regard. C’est le refus entier.

Toutefois, l’installation d’une barrière réduit drastiquement la circulation. Le calme en plein centre ville ! Séduisant.

Avoir sa place où garer sa voiture quand on veut, et surtout au retour du travail ! Séduisant.

La limitation concrète façonne un nid, cocoonant habitants et habitantes de ces rues fermées au sein d’un mini village. Convivial ! Séduisant.

Voler une voiture dans un espace clos ? Compliqué. Séduisant.

Ce confort quotidien, lui, ne me concerne pas. Alors ces arguments sont imparables. Au sein de ces voies privées, les propriétaires avec des réserves sur la mise en place d’une barrière sont, malgré tout, convaincus.es par ces conforts. Alors l’inertie consent. C’est calme, la place est libre, c’est convivial. C’est idéal !

Néanmoins est-ce efficace ? Là n’est plus la question. La présence de ce barrage rassure.

Être rassuré est essentiel aujourd’hui. Primordial.

En fait, secondaire. Le réflexe premier pour nos habitations et objets, c’est l’assurance. Mais, éventuellement instrumentalisé dans le contrat de ces dernières, nous nous procurons les équipements d’une « rassurance ». En somme nous armurons nos éventuelles peurs. Ici des barrières, là des caméras, des digicodes, des palissades, un millefeuille de portes… l’arsenal douanier dans nos propres poches.
… recroquevillé.e, effarouché.e, inhibé.e. Attention, chien méchant !

Ok.
 Si vous voulez.

L’étranger et l’inconnu sont un amalgame de contrainte et menace. Serrons nos liens qui nous attachent à l’anxiété et l’angoisse, par ce besoin impérieux d’extérioriser sa crainte, confondant l’intime et le sociétal. Demain, nous éduquerons peut-être nos enfants en leur interdisant de parler aux inconnus.es ? Les clôtures nous en préviennent, nous en facilitent la pédagogie.

La prophétie s’autoréalise. Le danger n’est plus. Ainsi évacuée dans l’urbanisme, la peur n’est plus non plus et nous serons même au delà de la liberté puisque l’autre ne sera plus notre souci.

Le nirvana.

Ok.
Si vous voulez.
Mais non.

C’est une chose de délimiter, s’en est une autre de dresser les frontières et de contrôler les accès. Ainsi le calme urbain comme non-mélodie pour la scansion des chantres et autres prosélytes de la méfiance ? Et seules nos bulles fortifiées constituent notre environnement, confisqué par une bienséance… un peu bizarre.

Les bulles fortifiées des uns ou des unes s’arrêtent donc là ou commencent les bulles fortifiées des autres.

C’est ce que me crache à la gueule cette barrière, car elle se ferme à moi avant même que je l’aborde. Parce qu’elle est un symbole, parce qu’elle est un langage.

Heureusement, il n’y a aucune finalité dans tout cela. On peut enlever la barrière, être un pourfendeur de l’assertion.

Le cours des choses changerait-il pour autant ? Le symbole de la fermeture n’est-il pas aussi un symptôme ? Comment dessiner l’horizon derrière les stigmates du repli ?

… je commence à refaire le monde.

Alors je m’arrête là. Je continue ma route, alerte, et photographie.

En guise de conclusion, aucune assertion inverse. Seulement quelques photos et traits de brouillon d’une philosophie, toute artisanale.

Cependant, dans mes esquisses naïves, aucun des matériaux de mes cités radieuses ne pourra se passer de l’altérité. Et mes voisins me prendront pour un fou ? Ouais, je veux bien.

« Je ne demande rien d’autre à la vie que des gens qui me rendent un peu plus vaste »

Les photos

Etienne Bolo • lavisible
Bienvenue – 2019

Hello ! C'est mon taf ! Contactez-moi. :c)